AVE

2019- Je rejoins l'association vaudoise des écrivains

RTSplay

29 Avril 2020

Emission Porte-plume-

Manuella Maury lit ma lettre aux ainés "À toi"

À toi

Toi qui me manque indéfiniment.

À nos moments de joie et d'amour.

Comme j'ai honte de ces silences venus comme par connivence, et puis des appels qui n'ont aucune résonance.

Ce sont ces mots qui viennent à moi de cette maison ou l'on a voulu t'installer pour ton bien, parait-il.

Je t'entends et je perçois ta peur.

Sache que je ne suis pas loin bien qu'étant au-delà de tes murs.

Je suis le vent, le temps,  l'espace et l'infini.

Puis, je suis partie trop vite, ou alors j'ai ignorée ta main... qu'importe.

Ta voix reste au fond de mon cœur ainsi que tes rires guettant mes pas chancelants d'enfant. Oui, je me souviens, qu'il met presque impossible dire combien je regrette de n'avoir pas su ni vu.

tu m'avais dit,

"à demain mon enfant

et j'ai failli venir, mais le temps m'en a empêché... le temps m'en a empêché si souvent qu'il m'est aujourdhui donné la joie de t'écrire au nom de tant d'autres n'osant de te dire.

Oui, j'ai entendu, et ce n'étais pas un rêve, mais bien toi qui chantait la vie dans cet ems.

Mon Dieu qu'elle belle leçon tu me donnas lorsque je compris combien ta vie n'avait pas cessé loin de nous, mais argumentée celle de tes amis et gais compagnons de chambrée.

Oui, ma tendre , ma tendre et douce tu viens de m'apporter l'essentiel en un jour d’éternel doute.

L'absence nous rapproche!

Tu es ma source de joie.

Merci de ta lignée

Merci de tes filles

Merci maman

florence 27 mars 2020

Des mots pour les animaux

Juillet 2020

Participation avec 2 textes au recueil des Anim'auteures. Tout bénéfices allant aux animaux, en soins, nourritures et fournitures.

Témoignage dans Femina

20210308_122311.jpg

Février 2022
Mon témoignage dans Happyend.life.

20220307_210810.jpg

Je n'avais que six ou sept ans lorsque je vis pour la première fois un jeune enfant sur le pas de la porte de ma chambre. Il semblait triste, assis sur le sol, replié sur lui-même.  jour-là, j'ai eus très peur et j'ai immédiatement fermé la porte. Je n'étais pas prête. Je vivais dans une vieille maison et il m'arrivait d'entendre, de voir ou de ressentir des choses étranges.

Ce n'était d'ailleurs pas un sujet tabou avec mes parents. Même notre chien apportait des jouets contre les murs, comme s'il voulait jouer avec quelqu'un que nous étions incapables de voir.

Durant mon adolescence, je me sentais à l'écart du monde et des autres élèves. Pourtant , joyeuse et téméraire, je préférais me promener avec mon chien que d'aller à des fêtes. Les jeux de séductions ne m’intéressaient pas. J'éprouvais plus de joie à marcher en pleine nature avec ma mère. Elle me racontait les signes qu'elle recevait de notre famille décédée, tout en cueillant des herbes et des plantes. Un jour, alors qu'elle faisait la vaisselle, sa tante est apparue assise sur le radiateur, de la cuisine. On a appris plus tard mais au même instant , elle décédait.

A la maison, on a toujours parlé de la mort avec légèreté.

Ma mère et ma grand-mère avaient l'habitude de tirer les cartes et de prédire l'avenir. Bercée ainsi dans une atmosphère de rires et de joies, je rêvais de pouvoir un jour faire comme elles. Ma mère me disait de laisser les choses venir d'elles-mêmes. Il me fallut attendre quelques années pour qu'enfin se révèle à moi, ma vraie main, mon ressenti personnel sur l'autre vie. Cela s'est produit la veille de mes 30 ans. Là , je me suis mise à dessiner des anges. Puis, petit à petit, j'ai commencé à utiliser un pendule pour communiquer avec les esprits. Un jour, j'ai aperçu  un visage à l'intérieur du cristal avec de grands yeux bleus.

Mon ange et mes ancêtres m'ont aidés à vaincre ce mal.

Comme beaucoup j'ai traversé un désert de silence pour braver la maladie, un cancer de la thyroïde. Un jour lorsque je suis entrée dans l’hôpital, j'ai remarqué une personne se tenant près d'un groupe. C'était un homme très grand. C'était mon ange, mais à l'époque je ne réalisais pas. Toutefois, je me sentais protégée. Cet ange et mes ancêtres m'ont aidé à vaincre la maladie. Il m'ont préparé! Oui, c'est ainsi que je l'ai compris. Ils m'ont fait voir combien la vie est belle et vaut la peine d'être vécue. J'ai pu lors de mes opérations et traitements, me ressourcer et affronter tout  ce qui m'était inutile;  la douleur, le remord, les craintes et indifférence. J'ai tout envoyé promener et me suis rebâtie une vie saine et sereine.

Être Messager des Anges et transmettre aux autres, c'est cela  ma voie.

Un jour, ma main guidée par l'invisible ce mis à écrire " je suis vivante! Oui, ici tout est vie et beauté ma chérie. Je t'aime. Ta Mamy"

Ces premiers mots reçus, et le passage de l'Archange Gabriel en ma maison, furent l'illumination de ma voie.

II est ensuite apparu au pied de mon lit. C'était la veille de connaître les résultats d'une opération que je venais de subir. Je me suis sentie apaisée, alors que quelques secondes plutôt, j'étais très anxieuse (...)

Être Messager des Anges et transmettre aux autres les messages pouvant leur procurer aide et réconfort, c'est cela ma voie. Le souffle qui me guidait depuis mon enfance continua d'influer une énergie plus grande, comme une quête de sa part ou une demande. J'ai compris, après des années d'aides aux autres, que j'avais ce petit quelque chose qui a poussé, un ange à me retrouver sur cette Terre afin d'ouvrir au monde sa parole en un ouvrage " le journal d'un Ange"

Il a guidé ma plume pour cet écrit et me seconde lorsque des entités me visitent.

La mort et les anges sont mes compagnons de vie.

J'ai donc découvert peu à peu qu'il est simple d'écrire la voix des anges quand ils sont comme réalité de la vôtre depuis toujours, mais aussi qu'il est bon d'aider! Je ne suis point différente, j'ai juste la main d'un guide et l'aile d'un ange avec moi. Chacun de nous a diverses capacités de ressentir l'invisible et de découvrir les richesses du monde, mais nous avons tous une rencontre avec la mort un jour ou l'autre à faire.

Je n'ai pas peur de la mort. Pour moi, elle est comme une compagne de vie. Je la nargue quelquefois en riant  de mon départ, mais elle sait combien je la respecte et aime aider sa voie.

Car prendre des vies et les mener au refuge de leur monde est dur labeur. Côtoyer des âmes en peine, les aider à appréhender le passage de façon plus joyeuse est ma petite contribution au bien-être de la vie.

Interwieu pour Happyende life

9 Février 2022